Technologies

Descriptif des technologies utilisées par Sonopraxis.

Développement numérique

Le protocole Music Interface Digital Instrument, initié en 1983 dans le domaine de la MAO, est un standard très largement démocratisé. Il permet notamment à l’humain d’envoyer à un logiciel ou à une machine des ordres d’interaction physique type (appui, rotation…), et de leur associer une valeur.

Ce protocole informatique taillé pour l’IHM est de nos jours devenu extrêmement versatile. Son écosystème est actuellement composé de nombreux logiciels (desktop/mobile), sur toutes les principales plateformes (Linux, Mac et Windows), ainsi que de nombreux contrôleurs physiques, environnements de développement et autres solutions de passerelle software/hardware.

La plupart des logiciels, que ce soit dans le domaine artistique, scientifique ou industriel, peuvent être rendus compatibles avec le protocole MIDI.

Le protocole Open Sound Control, apparu en MAO en 2002, reprend les propriétés IHM du MIDI (voir ci-dessus), en apportant notamment une meilleure résolution sur la valeur des ordres d’interaction, une plus grande vitesse de transmission des données ou encore une plus forte capacité à s’intégrer dans un réseau informatique.

L’appropriation de ce protocole par le domaine de la MAO est plus lente que pour le MIDI ; le parc MIDI est en effet très bien fourni, et ce protocole reste très efficace. Les solutions hardware embarquant l’OSC sont donc encore très rares.

L’OSC reste cependant un protocole IHM très prometteur de part ses performances générales supérieures MIDI.

La plupart des logiciels, que ce soit dans le domaine artistique, scientifique ou industriel, peuvent être rendus compatibles avec le protocole OSC.

Max est un langage de programmation objet graphique pour Mac et Windows utilisé dans le domaine artistique pour développer tout type d’applications logicielles et physiques (musique, vidéo, installations sono-visuelles en temps réel…).

Il est de plus en plus utilisé dans d’autres domaines (mécatronique, robotique, neurologie…), notamment en recherche et développement, pour ses fortes capacités de passerelle numérique/analogique (audio, vidéo, compatibilité générale) et de prototypage rapide (programmation/IHM/interfaces graphiques).

Dans le domaine de la MAO, Max est directement intégré dans un des plus puissants logiciel de production musicale utilisé dans le monde : Ableton Live. Cette intégration de Max (Max 4 Live ou M4L) décuple les possibilités offertes à l’utilisateur Live, lui apportant la capacité d’intégrer tous les avantages de Max (ouverture, développement, IHM…) dans le cœur de son set (sa Digital Audio Workstation ou DAW – nom générique donné aux applications permettant la gestion complète d’un processus audio-numérique).

Pure Data est l’alternative open-source et gratuite à Max (voir ci-dessus) – logiciel de programmation graphique pour la création musicale et multimédia en temps réel.

Pure Data possède de nombreuses propriétés de Max, en audio, vidéo, ainsi que la capacité à gérer des signaux entrants/sortants d’un ordinateur (capteurs, évènements réseau…).

Muti-plateforme, Pure Data est la parfaite alternative à Max dans l’environnement Linux – ce qui augmente singulièrement ses capacités d’usage en mode embarqué, via Raspberry Pi par exemple.

Iannix est un séquenceur graphique open-source, inspiré des travaux de Iannis Xenakis, et destiné à la création numérique.

Il permet de créer de véritables partitions d’évènements MIDI, OSC, sur port série (Arduino), TCP…, qui vont être envoyées à des processus numériques compatibles avec ces protocoles : des paramètres de plugin d’une DAW, d’un logiciel de traitement graphique, des commandes à des interacteurs physiques divers… Iannix pouvant en retour recevoir des données de la part de cet environnement.

Iannix est donc un environnement graphique idéal pour créer des interactions et automations (interactions automatiques) de paramètres de natures multiples, suivants des courbes mathématiques plus ou moins complexes, par exemple.

Arduino est une plateforme de développement open-source pour l’électronique.

Composée d’un microcontrôleur décliné en de nombreuses formules (petit et flexible pour être embarqué dans des tissus ; de quelques centimètres carrés et rigide pour des besoins en connexions physiques et fonctionnalités plus importants – sans fil, etc…), et d’un environnement de développement intégré, Arduino permet de réaliser des ponts entre le monde physique, accessible via de nombreux capteurs et émetteurs (lumière, mécanique, son…), et le monde informatique, permettant de traiter ces informations selon les besoins de l’utilisateur.

Arduino tire une grande partie de sa force par son caractère open-source, et le nombre de ressources gratuites (tutoriels, plans et bibliothèques informatiques) disponibles sur Internet. Il est actuellement une des solutions les plus utilisées dans le développement de projets interactifs.

Interaction Homme-Machine

Les contrôleurs MIDI tangibles (lHM via des éléments d’interaction matériels, physiques, palpables) sont très nombreux, et on en trouve à tous les prix. Une recherche Internet “MIDI controler” montre les nombreuses solutions disponibles sur le marché (comme le QuNeo de Keith McMillen à droite, par exemple).

Sonopraxis développe des solutions compatibles avec tous ces contrôleurs.

Il est tout à fait possible de réaliser son contrôleur sur mesure, un asssemblage d’éléments d’interactions choisis en parfaite adéquation avec le processus utilisateur. Pour cela Sonopraxis s’appuye sur ses partenaires de développement.

Les applications tactiles (IHM via des éléments d’interaction virtuels, non palpables – application pour téléphone mobile, tablette, ou tout système numérique tactile) compatibles avec les protocoles MIDI et OSC sont très nombreuses. Une recherche Internet “MIDI OSC applications Android iOS” montre les nombreuses solutions disponibles sur le marché (comme l’application Lemur à droite, par exemple).

Sonopraxis développe des solutions compatibles avec toutes ces applications, allant de la création de masques pour TouchOSC, Lemur, ou Mira (ou toute autre application MIDI/OSC que vous désirez), à l’ajout d’intelligence dans le traitement du flux IHM produit par ces applications (par exemple, produire des interactions entre plusieurs logiciels, conditionnées l’une à l’autre, via le développement d’une application Max middleware).

Le geste est une modalité d’interaction fondamentale, qualifiée de naturelle. Il permet l’envoi à distance, sans contact, de l’intention de l’utilisateur à une machine, rendant ainsi possible une interaction à travers un élément qui les sépare (comme une vitrine), ou encore la réalisation d’une chorégraphie pilotant un processus numérique.

Capteurs infra-rouge, ultrasons, Leap Motion (à droite), ou encore video tracking et gant Spektr sont des solutions utilisables par Sonopraxis pour vos interactions gestuelles.

Technologies